Blogue

Gestionnaire de communautés- Une personne pour plusieurs métiers?

community manager un ou plusieurs métiers

Le Gestionnaire de communautés est un nouveau métier lié au Web2.0: c’est certain. Mais, comme on le voit sur les nombreux blogs et commentaires qui en parlent, les contours de cette nouvelle fonction sont encore assez peu définis, et c’est d’ailleurs heureux pour un jeune métier en plein essor! Il se définit de plusieurs compétences qui interagissent entre elles et il est à la frontière de la communication et du marketing. Les trois dimensions du Community Manager. « Son rôle est de parler et surtout de faire parler au maximum de la marque », comme le dit Vanina Delobelle sur son blog. On lui attribue trois casquettes, qui pourraient bien correspondre à trois métiers différents. Selon les entreprises, une seule et même personne tient un, deux ou les trois rôles :

Le Content manager est celui qui crée et développe le contenu du site
Le Media Social Manager est celui qui suit l’identité numérique de la marque sur les réseaux sociaux en pratiquant une communication d’influence pour développer des messages positifs. C’est la facette du métier qui est le plus proche des préoccupations d’une direction de la communication et qui requiert un profil institutionnel.
Le Community Manager est celui qui modère et anime les discussions sur un forum ou un blog, en interne, et c’est lui qui suit les conversations qui ont lieu au sujet de sa marque ou de ses produits sur d’autres blogs ou sites, en externe.
community manager : un ou plusieurs métiers ?
« Ce qui rend les marques influentes n’est pas leur taille mais leur communauté » affirme Chuck Byrme, dirigeant de DDB worwilde. Les blogs et les échanges sur Internet ou les réseaux sociaux sont devenus la face visible d’une évolution sociétale que le Marketing et la Communication ne peuvent plus ignorer: le consommateur est de plus en plus acteur de son mode de vie. Il le revendique et intervient dans la construction de nouveaux produits, dans l’échange d’informations via les blogs et les réseaux sociaux: « 90% de ce qui se dit sur une marque échappe à son contrôle et 50% des lecteurs de blogs considèrent leurs lectures utiles pour obtenir des informations en vue d’acheter », selon Xavier du Crest.
La valeur ajoutée du Community Manager et/ou du Social Media Manager. « Généralement leur rôle est de développer de la complicité entre une marque et/ou un service et ses consommateurs » (Jacques Froissant) et leur valeur ajoutée réside dans leur capacité à:

Mobiliser une communauté d’intérêt autour d’une marque ou de produits

Saisir avec vivacité les opportunités de conversations pour, tout en parlant vrai, générer du buzz positif.
Utiliser les lieux de conversations en postant des commentaires sur les blogs, en créant une page sur Facebook ou des groupes sur Myspace ou Linkedin.

Faire preuve de multiples compétences: curiosité, esprit de synthèse, qualités de communication, sens opérationnel

Community Manager et Social Media Manager au coeur des conversations sur la marque. Dans ce contexte de prise de parole des clients et du pouvoir d’influence qui s’affirme, les Community Manager et Social Media Manager deviennent les fonctions maîtresses des entreprises qui veulent remettre le consommateur et les clients au centre de leur développement! J’ai le sentiment que ces deux fonctions seront aussi nécessaires qu’un Chef de produit.

source: Le blog de la Stratégie Marketing 

Calendrier éditorial de vos publications sur internet

Créez votre calendrier de publications numériques en 5 étapes

Tanya Lauzière, conseillère en création et stratégie de marque, CQI.

Les sites Web, médias sociaux, infolettres et publicités en ligne sont tous des moyens intéressants pour les manufacturiers exportateurs de faire connaître leur entreprise partout dans le monde. À première vue, l’accès à ces moyens technologiques semble rendre la tâche facile et économique. En autant qu’on sache les maintenir actifs et pertinents. Pour ce faire, la direction d’une PME peut faire appel à une agence de communication Web ou gérer ses publications électroniques avec son équipe. Dans tous les cas, le calendrier éditorial s’avère un outil fort pratique.

Pourquoi un calendrier éditorial?
Un bon calendrier permettra de trouver des idées de sujets, de maintenir un lien régulier avec vos interlocuteurs (clients, partenaires et visiteurs), d’éviter les trous et les doublons, de concerter les efforts de chacun au sein de l’entreprise et, surtout, de poser des actions sur chaque plateforme numérique qui sont cohérentes avec vos objectifs d’affaires! Voici 5 étapes qui vous aideront à créer votre calendrier éditorial.

1- Connaissez votre public cible
Définissez vos personas, des exemples de clientèles ciblées que vous classerez selon des données démographiques comme leur région, leur domaine d’affaires et, surtout, selon ce qu’ils recherchent de votre entreprise dans vos communications numériques. Par exemple, des distributeurs potentiels pourraient rechercher des nouveautés annoncées dans une infolettre tandis que vos clients établis voudraient connaître les façons de mieux utiliser vos produitsdans des tutoriels sur votre chaîne Youtube. Pensez aux particularités locales, particulièrement lorsque vous développez un nouveau marché et adaptez vos publications par zone géographique et par langue, s’il y a lieu.

2- Établissez les paramètres de vos publications en lien avec vos objectifs d’affaires
Souhaitez-vous établir votre crédibilité dans un secteur d’activité spécifique? Vous pouvez rédiger des textes qui vous appuieront tels que des études de cas, des exemples de réalisations, des témoignages, des articles sur votre industrie… Voulez-vous acquérir de nouveaux clients sur un territoire ciblé? Vous pourriez inviter vos clients potentiels à s’inscrire à votre infolettre via un formulaire sur votre site Web. Déterminez quels contenus votre équipe pourra créer elle-même, ce qui mettra votre savoir-faire de l’avant. Choisissez aussi quels types d’informations viennent de sources externes (autres sites, associations, chercheurs…) Vous pourrez alors commenter, bonifier et partager sur vos médias sociaux.

3- Construisez votre calendrier
Afin de construire votre calendrier, utilisez un support qui vous plaît : tableau Word ou Excel sur le serveur de l’entreprise, cahier, papier, tableau effaçable blanc. Quel qu’il soit, il est important de ne pas tout garder dans votre tête, car vous ne pourrez pas bénéficier des idées ni de la collaboration de vos collègues. Avant de commencer, identifiez avec votre équipe vos périodes critiques pour l’année à venir, les événements planifiés tels des visites à des salons d’affaires, les missions commerciales ou les rencontres chez des clients importants que vous pouvez prévoir. Pensez aux types de publications qui pourraient soutenir vos actions avant, pendant et après ces activités clés.

Créez un tableau de publications numériques. Celui-ci devrait inclure :

  • Titre ou sujet du texte ou de l’image;
  • Type de publication (nouvelle, article de blogue, étude de cas, compte-rendu d’activité, communiqué, invitation…);
  • Objectif;
  • Langue/marché;
  • Persona ciblé;
  • Mots clés à inclure (positionnement sur les moteurs de recherche, SEO);
  • Action suggérée (call to action);
  • Médias sociaux;
  • Mots-clics (#hashtag) et lien vers partenaire (@arobas), s’il y a lieu;
  • Date de publication;
  • Date de tombée (rédaction, approbation);

4- Gardez de la flexibilité pour la spontanéité et les imprévus
Bien que vous voudrez suivre votre calendrier le plus fidèlement possible – c’est bien pour l’utiliser que vous l’avez créé – des occasions ou des événements fortuits pourront vous faire dévier du plan, surtout les premiers mois. Voilà qui est tout à fait normal. Prenez soin de prévoir un rythme de publication que votre équipe pourra suivre de manière réaliste en laissant de la place pour les imprévus. Si vous ne pouvez soutenir l’envoi d’une infolettre mensuelle (et la rédaction d’articles qui la composent), envoyez-la à tous les deux mois ou au trimestre. Vous pourrez augmenter la fréquence de vos publications en ligne ou sur les médias sociaux au fur et à mesure que votre équipe développera ses aptitudes de communicateurs. Il est mieux avisé d’augmenter la cadence que de créer des attentes qui déçoivent.

5- Rédigez ou plutôt faites rédiger vos publications
Si la rédaction ne fait pas partie de vos activités préférées ou si vous n’avez pas le temps d’écrire, plusieurs options s’offrent à vous. Vous pouvez embaucher un spécialiste en communication qui pourra, entre autres, faire les entrevues avec vos experts pour vos publications numériques, soutenir vos efforts de vente par l’élaboration de matériel promotionnel et créer la voix publique de votre entreprise. Si vous n’avez pas besoin d’une personne à temps plein, un pigiste ou une firme de communication pourrait combler vos besoins. En complémentarité, n’hésitez pas à profiter des services de personnes qui se trouvent sur les marchés que vous développez pour qu’elles effectuent une veille des activités sur place et qu’elles vous proposent des sujets d’intérêt local. Que vous choisissiez d’embaucher ou d’impartir, vous devrez superviser les publications pour qu’elles transmettent la personnalité de votre entreprise et qu’elles vous mènent de l’avant dans vos objectifs d’affaires.

Une bonne relation d’affaires se construit sur l’écoute autant que sur la prise de parole. Les médias sociaux sont des lieux propices aux échanges : il ne faut pas les traiter comme des haut-parleurs à sens unique! Restez à l’affût des conversations, répondez aux questions de vos clients, parlez des bons coups de vos partenaires et gardez l’œil sur vos concurrents; vous y trouverez sans doute une foule d’idées pour peaufiner votre calendrier de publications comme un pro!

 Par Tanya Lauzière, conseillère création et stratégie de marque, CQI
© 2016, Carrefour Québec international. Tous droits réservés.

Profitez-vous vraiment de toutes les informations offertes par vos médias sociaux?

Les médias sociaux fourmillent de bonnes informations!

Vous pouvez recueillir toutes sortes d’informations dans vos pages de médias sociaux.

Il y a près de 7,2 milliards de personnes sur la planète. Près de 2,1 milliards sont actifs dans les médias sociaux. 3,65 milliards de personnes peuvent accéder à Internet via des appareils mobiles tels que les smartphones et les tablettes, et de ce nombre, plus de 3 milliards sont des internautes actifs.

Les médias sociaux ont sans doute changé la façon dont nous utilisons le marketing pour promouvoir nos entreprises et nous-mêmes. Souvent appelée écoute sociale, les analyses des médias sociaux sont un moyen de surveiller l’efficacité de votre proximité sociale et les sentiments de ce que les gens disent de votre marque. Aiment-ils votre marque ou aiment-ils votre marque?

Les médias sociaux offrent aux entreprises une occasion unique de se connecter avec les clients et prospects. Il existe tellement de réseaux sociaux qui offrent une variété d’outils pour fournir un service à la clientèle, expliquer comment vos produits fonctionnent, et bien plus encore. Il est important de se rendre compte que la simple présence des médias sociaux ne garantit pas le succès. Si vous n’analysez pas l’efficacité de votre marketing, vous ne saurez jamais si cela augmente les affaires ou détruit votre entreprise.

Les 10 meilleures raisons de surveiller vos médias sociaux

  • Pour atteindre plus de clients
  • Découvrir les personnes influentes (ceux qui déplacent de l’air et les agitateurs)
  • Découvrir les tendances aujourd’hui et les opportunités pour demain
  • Surveiller la concurrence (surveiller le bavardage – qu’est-ce qu’ils n’aiment pas?)
  • Gérer toute crise (vous pouvez réagir avant que vous que la marmite ne saute)
  • Être au courant (tendance des mots-clés)
  • Répondre aux questions (être au courant des questions posées et préparez-vous avec les réponses)
  • Résoudre les problèmes des clients avant de les partager avec le monde entier sur un blog
  • Partager tous les compliments (tirez parti du bien)
  • Répondre à toutes les plaintes (répondez rapidement et solutionnez avant que la boule de neige ne devienne une histoire monstre)

En surveillant vos médias sociaux, vous devriez être en mesure de faire ce qui suit, ce qui peut être essentiel pour le résultat net et les objectifs plus importants:

Analysez vos abonnés.

Découvrir, par exemple, qui sont vos adeptes suivent vous aide à mieux les comprendre. C’est une chose particulièrement utile à faire sur Twitter. Il vous fournit également des listes de contacts potentiels. Cela peut être utile sur d’autres réseaux sociaux, y compris Facebook, Pinterest et LinkedIn. Vous pouvez utiliser les informations que vous découvrez sur vos adeptes afin de rendre votre entreprise plus conviviale.

Analysez la portée et les résultats de vos publications.

Il est essentiel de prendre conscience de l’impact de tous vos messages. Quels messages sont partagés ou fréquemment utilisés? Quels statuts dirigent les lecteurs vers votre page de destination (landing page) ou votre site Web? Sur Twitter, vous voulez savoir quels messages sont favoris et retweetés. La même chose est vraie avec les photos sur Instagram, les publications de Facebook, les vidéos et autres contenus.

Identifiez les influenceurs.

Les influenceurs ne sont pas nécessairement célèbres. Ils peuvent être des personnes cachées dans votre liste de contacts qui créent beaucoup d’activité autour de votre contenu. Vous voulez savoir qui est le plus actif dans le partage, le goût ou le commentaire de vos publications. L’identification des personnes influentes peut vous aider à mieux les améliorer.

Comparez les plates-formes.

Il y a de plus en plus de plateformes de médias sociaux chaque année. En plus de Facebook et Twitter, il y a LinkedIn, Pinterest, Instagram et Snapchat, pour n’en citer que quelques-uns. Vous ne pouvez pas avoir une forte présence sur chaque site. Social Media Analytics peut vous aider à identifier les plates-formes qui vous conviennent le mieux. De cette façon, vous pouvez maximiser vos efforts sur ces sites et laisser aller les autres ou réduire vos efforts sur ces derniers.

Gagnez du temps.

Lorsque vous suivez vos résultats avec attention en utilisant les outils d’analyse les plus efficaces vous économisez du temps. Comme vous faites attention à ce genre de contenu qui vous convient le mieux, il est possible d’arrêter de perdre du temps sur un contenu moins efficace.

Améliorez votre ROI.

Le suivi de l’activité client peut vous aider à économiser de l’argent et à rendre votre entreprise plus rentable.

Vous ne pouvez pas suivre tout, donc vous devez décider de ce que les données vous intéressent le plus. Certaines choses sont évidentes tandis que d’autres sont facilement négligées. Le type de données dont vous avez besoin dépend également de vos objectifs.

Bianca Battistini

Rédactrice de contenu pour les différentes plateformes et gestion des communautés sociales

Formatrice en entreprise des gestionnaires de contenu web et communautés sociales

Tendances 2017 sur les réseaux sociaux

Qui dit nouvelle année dit aussi nouvelles habitudes, nouveaux usages et surtout nouvelles fonctionnalités sur les réseaux sociaux.

On le sait, l’utilisation des réseaux sociaux change et s’améliore tous les ans, que ce soit sur Facebook, Instagram, Twitter, etc. De nouvelles fonctionnalités sont inventées et les anciennes utilisées différemment par les utilisateurs. Et si on pouvait déterminer à l’avance ces tendances, ces usages de demain qui permettront d’affiner les stratégies des marques sur les réseaux sociaux ? D’adapter notre discours, nos prises de parole pour être de plus en plus pertinent ?

Aujourd’hui, le service bit.ly nous fait découvrir 17 tendances social media pour l’année 2017, recueillis auprès de 14 experts du métier (j’en ai sélectionné 10 pour vous). Ces tendances nous offrent une visibilité sur ce qui sera le plus efficace sur les réseaux sociaux cette année et comment les utiliser à bon escient.

1. La mort de Twitter comme nous le connaissons

Même si il ne faut pas être expert en social media pour voir que Twitter va mal, on peut être quasiment sur que Twitter va subir de gros changements cette année. En effet, l’écart continue de se creuser entre les performances de Twitter et celles de Facebook, Instagram et même de Pinterest. Le réseau social à l’oiseau bleu ne séduit plus et les marques déclinent petit à petit leur intérêt pour ce réseau social. On pourrait imaginer un rachat par un autre mastodonte digital.

Une prédiction de Cyril Lemaire, Directeur Marketing de Traktek Partners.

Lire la suite de cet article TENDANCES 2017 RÉSEAUX SOCIAUX

 

SOURCE: Dans ta pub 

Entreprises: assurez votre présence sur Facebook et vous serez surpris!

Facebook est le réseau social le plus facile à investir. Une présence régulière est impérative pour obtenir des retombées sur la notoriété et le business. Petit guide pour novices.

reseaux-sociaux-tous-sur-un-meme-avatar

« Ne pas avoir de page Facebook, c’est comme fermer son magasin le samedi après-midi dans une rue très commerçante », affirme Lalée Pinoncély, experte en stratégie d’influence et communication digitale*. Dommage en effet de ne pas profiter du potentiel d’audience de cette populaire plate-forme. Facebook ne sert pas qu’à partager ses photos de vacances. C’est surtout un formidable accélérateur de notoriété pour TPE ou PME grand public. « Pour quelqu’un qui n’y connaît rien au Web, c’est le réseau social le plus facile à investir », poursuit Lalée Pinoncély. Voici ses conseils pour commencer à en tirer parti.

#1 : Dirigeants, impliquez-vous

Commerces, marques ou vendeurs de produits grand public… Tous ont tout intérêt à créer leur page. Pour un auto-entrepreneur ou une TPE, le compte personnel du dirigeant peut suffire. Quoiqu’il en soit, le dirigeant doit porter l’initiative et s’impliquer. Sinon ce projet de communication aura peu de retombées. « Si vous n’avez pas de compte, créez-en un pour voir comment cela fonctionne et commencez à réfléchir à une ligne éditoriale », conseille Lalée Pinoncély.

#2 : Désignez en interne un responsable du compte

Parmi vos collaborateurs, désignez celui ou celle qui va s’occuper de la page officielle de l’entreprise au quotidien. Vous avez surement dans votre équipe une personne à l’aise avec les réseaux sociaux et qui s’intéresse à ces sujets. « Laissez-leur 5 à 6 heures par semaine pour s’en occuper. Et considérez ce temps comme un vrai travail ». La régularité est clef pour émerger plus facilement sur Google. Chaque semaine, une mini-réunion sera consacrée pour faire le point sur les actions en cours et celles à programmer. Pensez aussi à mettre l’adresse de la page Facebook sur votre site Internet et tout autre support de communication (brochure, vitrine, carte de visite …).

#3 : Mettez en place une ligne éditoriale

Avant de commencer à communiquer sur la page, définissez les contenus à diffuser et un rythme de publication. Au début, prévoyez un message tous les deux jours puis idéalement, un post quotidien. Evitez de ne poster que des annonces promotionnelles. « Trouvez un ton dynamique et décontracté qui reflète l’esprit de l’entreprise », recommande Lalée Pinoncély. Actualités, création d’événement, jeux concours… le contenu sera le plus varié possible. Vous pouvez aussi poster des messages plus personnels, s’ils ont un lien avec l’activité.

Les erreurs à éviter absolument

1) Vouloir augmenter le nombre de fans au détriment de la conversation et de l’échange
2) Chercher à faire du buzz pour le buzz
3) Poster uniquement des messages commerciaux
4) Effacer les commentaires négatifs (sauf en cas d’injures, propos racistes…)

#4 : Faites de la publicité

L’avantage de ce support publicitaire est de pouvoir cibler très précisément un public : région, âge, sexe, centres d’intérêt… Si le choix de la cible est pertinent, le message sera efficace pour un budget à la portée d’une PME. Ce budget fixé à l’avance ne sera jamais dépassé. Comme vous débutez sur Facebook, préférez la formule au coût par clic : vous ne payez que si l’internaute clique sur votre annonce. Quant au contenu du message, « il doit être concis avec un titre et une photo, sans être trop publicitaire », conclut Lalée Pinoncély.

Merci pour cet article à business- les echos

SOURCE: http://business.lesechos.stfi.re/entrepreneurs/marketing-vente/facebook-4-regles-simples-pour-faire-connaitre-votre-business-301414.php?sf=belkxgw#aa